15 novembre 2009

Shopping et Fashion victims

J'ai envie de vous parler d'un T.O.C. Culturel japonais. Si j'admire le Japon en ayant parfois la mauuntitledvaise habitude de donner l'impression de mettre ce pays et sa culture sur un pied d'estal aux yeux de mes amis.Je peux également avoir un ergard incisif sur ces dérives modernes, son mode de consomation. Je vous livrerais à présent régulièrement des articles sur l'urbanisme des villes japonaises que j'ai visités, les modes de vie, la cuisine et tout ce qui m'a énervé, gucciamusé et autres...
A cotoyer des Japonais, certain m'ont permis de comprendre leurs Amour du Shopping, un sport national :)
En effet, le culte du shopping est l'une des principales conséquences d'une société de consommation. Si la société Japonaise est plus consomatrice que d'autres, elle le doit essentielleme à essort éconnomique et
son opulence présente.
Un peu d'histoire, depuis les années 1960 jusqu'à début des années 1990 l'économie Japonaise à connu une
chanel croissance sans égale qui à porté le pays de la condition misérable dans laquelle est s'était retrouvé à la fin de la guerre au premiers rangs des nations les plus riches (deuxième puissance mondiale à présent).L'industrie du luxe s'appuie sur l'existence d'acheteurs potentiels nombreux, qui sont le plus souvent des jeunes à haut revenu (le salaire moyen japonais est plus elevé qu'en France pour une vie pas forcément plus elevé dans tout le Japon, nourriture et vêtement moyen son moins chère qu'en France!!)
diorLes japonais pouvant dégagé plus d'argent ont une propension marquée à l'achat, ainsi que sur le succès croissant des exportations de produits dessinés et réalisés au Japon. La mode asiatique et Japonaise de ces dernières années concernent tout les domaines, domaine du bien être, spiritualité, arts martiaux, domaine du jeux, robotique, vêtment, nourritures, cinémas...etc).
J'ai remarqué biensur que ce pénomène est surtout valable dans les grandes villes et
vitton 

surtout à Tokyo, ou les dépenses moyennes sont significativement plus élevées qu'ailleurs. Plusieurs quartiers se démarque selon leurs fonctions que ce soit

sumida, Nihonbashi, Ginza, Harajuku et Aoyama.

La crise des années 1990 n'a quasiment pas modifié les habitudes des citadins.
02A la lecture d'un ouvrage sur l'économie Japonaise j'ai lu un calcul qui démontre que même en l'absence
d'une reprise , les Japonais pourraient continuer à maintenir leur niveau de vuie actuel pendant vingt ans
au moins !

Le pays dispose donc de réserve patrimonial considérable et continue à faire preuve d'une capacité de production execptionnelle.
A Tokyo en somme, on vend et on achète tout, comme si rien – ou presque – ne s'étaitapple_store2 passé.
En conclusion les Japonais son un peuple de : ''Fashion Victim'' pour lequel le shopping est un impératif catégorique, sur l'autel duquel on sacrifie sans hésitation n'importe quoi, plus qu'ailleurs, le shopping prend
ici les dimension d'un phénomène psychologique de masse, et les architetures consacrées à la vente des produits de luxe constituent une composante importante JP3_Ginza_500de l'image urbaine....
la première chose qui m'a choqué au Japon sont les publicités visuelles, sonores, maisginza_6 cela fera l'objet d'un autre sujets, hé hé!!!

Les Japonais souffraient'il de fièvre acheteuse...ginzolouisvuitton?!!
Ja matane

clock68871940_135a118111800px_Louis_Vuitton_Hong_Kong

Posté par Pandableu à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Shopping et Fashion victims

Poster un commentaire